Chantiers internationaux

Deux chantiers internationaux de jeunes ont été organisées à l’initiative d’ADPP au cours des étés 2006 et 2007. afficheC’est l’organisme international Solidarités Jeunesses qui a assuré le recrutement et l’encadrement pour ces chantiers. La Ville a pris en charge l’hébergement au foyer Georges Collet (stade) ainsi que le soutien logistique. Le Département et la Fondation Bruneau ont contribué à leur financement.

La durée des chantiers était de trois semaines à raison de trente heures sur site en matinée (7h30 à 13h30). L’objectif était le débroussaillage des douves (appellation contestée car ce sont des fossés dans lesquels il n’y a pas d’eau mais elle figure sur des plans anciens).

Le chantier de 2006 a rassemblé quinze jeunes venant de pays aussi divers que Allemagne (3), République tchèque (2), Turquie (3), Arménie (2), Serbie (1), Russie (1), Corée du Sud (2), Maroc (1). Filles et garçons étaient en nombre égal. Des jeunes palaisiens ont été invités à se joindre à cette équipe (voir affiche). Deux d’entre eux l’ont fait. L’objectif fixé a été largement atteint.

Les stagiaires ont été accueillis en mairie.  ADPP a organisé pour eux des visites d’après-midi. Ils ont par exemple été reçus à l’ONERA. La presse locale a fait connaître l’événement avec par exemple ce titre du Républicain : « La Batterie de la Pointe revit enfin ».

En remerciement les jeunes ont invité les palaisiens à un dîner ou chacun d’entre eux avait préparé quelques succulents plats de son pays.

Le chantier 2007 s’est déroulé exactement suivant les mêmes principes avec cette fois des participations de Serbie (2), Ukraine(2), Arménie (2), République tchèque (1), Slovaquie (1) Corée du Sud (2), Espagne (3). Ils ont connu le même succès.

Ces deux chantiers ont permis de donner un véritable impulsion à la réhabilitation de la Batterie de la Pointe.

Il aurait été intéressant pour favoriser les échanges internationaux de les poursuivre. Un constat a cependant dû être fait. D’une année sur l’autre la végétation avait repris ses droits et il fallait recommencer le travail de l’année précédente. C’est pourquoi ADPP et a cherché à promouvoir la mise en place des chantiers d’insertion permettant des actions d’une plus grande ampleur et plus pérennes. L’énergie de l’association étant limitée, les chantiers internationaux ont été mis en sommeil. Espérons pouvoir les reprendre un jour.